Main menu
La structure murale en bois est très solide...
L'étape d'isolation est très importante...
Pour obtenir une maison en parfait état de finition

La norme BBC

Afin d'obtenir la norme BBC et pouvoir prouver d'une isolation quasi parfaite, le technicien installe un appareil qui souffle de l'air dans la maison ossature bois. Sur l'écran de son ordinateur, les diamètres d'ouvertures dans l'habitation sont retransmis. Ce diamètre de perte doit être inférieur à une côte donnée, de manière à donner la dénomination de "maison BBC".

L'isolation d'une construction de maison bois

Il y a 15 ans, on trouvait difficilement des isolant écologiques en France, les négociants qui en proposaient étaient rares. Aujourd’hui, se procurer des isolants naturels est assez facile. Des magasins spécialisés dans les matériaux naturels se sont installés dans toutes la France et les négociants ainsi que les grandes surfaces en proposent.
Les critères de choix de l’isolant sont :

  • sa résistance thermique notée R. Elle donne la résistance au passage de la chaleur. Plus l’indice R est élevé, plus le matériau est isolant.
  • son comportement au feu. L’isolant synthétique comme le polyuréthane est un matériau instable au feu, très inflammable. Les matériaux comme la laine de verre ou la laine de roche sont des matériaux incombustibles, le liège, la fibre de bois et la cellulose sont des matériaux faiblement combustibles.
  • la migration de la vapeur d’eau. Le matériau isolant doit posséder un coefficient de résistance à la vapeur d’eau performant. Les meilleurs isolants dans ce domaine sont les isolants végétaux, tel le chanvre ou la fibre de bois.
  • l’impact sur l’environnement. Il faut considérer si l’isolant est recyclable, la quantité d’énergie grise utilisée pour le fabriquer et sa qualité renouvelable. Les moins performants dans ce domaine sont sans contexte les isolants synthétiques comme le polyuréthane. Le chanvre, la fibre de bois et la cellulose sont des matériaux recyclables avec une dépense d’énergie grise faible.

Quel matériau pour le bardage ?

Nous pouvons utiliser plusieurs types de bois, le sapin du Nord, le mélèze, le douglas et le red cedar. De plus en plus de clients demandent des bardages naturels, on utilise notamment des bois traités en autoclave, ceci permettant d’accéder à la classe 3 ou 4 en ayant un bardage assez uniforme. L’autoclave convient à des bois moins durs. Nous pouvons aussi utiliser des bardages en bois prépeints, ces produits offrant un important choix de couleurs avec une garantie de dix ans sans entretien pour la plupart. Les produits utilisés pour les finitions sont généralement à l’eau sans solvant. Les couleurs foncées sont à éviter car elles chauffent plus vite au soleil et se dégradent plus vite.

Il existe aussi d’autres bardages sans entretien en bois reconstitué, soit sous forme de lamellé collé, soit sous forme de bardages reconstitués de fibres de bois et de résine, ceux-ci sont peints d’usine et ne nécessitent aucun entretien.

La dernière sorte de bardage est le bardage fibrociment. Ce bardage est composé de bois, de fibres de cellulose, de silice et de ciment. Ce type de bardage est imputrescible, sans entretien, et pare-feu.

Comment est posé le bardage ?

Le bardage est cloué ou vissé sur un contre litelage d’environ 2 cm d’épaisseur fixé sur les montants de l’ossature de la maison bois. Il est impératif de constituer cette lame d’air qui permettra l’évacuation de l’humidité due aux infiltrations ou à la condensation. Le bardage peut être posé verticalement ou horizontalement. En outre, le bardage doit toujours se trouver à au moins 20 cm du sol afin d’éviter sa dégradation. 

Qu'est-ce que le bardage ?

Le bardage est un revêtement extérieur fixé sur un contre litelage fixé sur l’ossature de la maison bois. Le bardage n’a aucun rôle structurel. C’est l’enveloppe du bâtiment qui doit protéger la maison bois des intempéries. Avec l’évolution des matériaux, le bardage a une durée de vie de plus en plus importante, et un entretien facile.

De plus, en fonction du type de pose, du choix du bois et des formes de bardages, on a un choix très important pour le rendu esthétique de la maison ossature bois.

Les menuiseries extérieures

Une fois les planchers, parois et la couverture installée, on pose les menuiseries extérieures dans les murs de la maison à ossature bois. Le choix des matériaux pour les menuiseries extérieures (bois, PVC, aluminium) devra englober plusieurs critères, le coefficient d’isolation thermique et phonique, la résistance aux agressions ainsi que la résistance au feu. Pour des raisons environnementales, le bois revient en force dans la fabrication des menuiseries extérieures.

La charpente d'une maison ossature bois

La charpente de nos maisons est généralement semblable à celle des maisons maçonnées.

Elle est industrialisée et donc fabriquée à l’atelier. Ce sont des fermettes avec un panneau OSB3 sur la face du dessous servant au contreventement et à l’étanchéité à l’air. L’isolant est déroulé ou soufflé entre les fermettes. La couverture du toit est généralement en tuiles, mais elle peut être faite avec d’autres matériaux suivant la région. La toiture peut être de modèle 2 pentes ou 4 pentes.

Les murs d'une maison en bois

Le matériau que l’on utilise pour préparer les panneaux qui constitueront le squelette de la maison à ossature bois sont généralement du résineux (bois du Nord, Douglas). Les panneaux sont préparés à l’atelier avant d’être amenés sur le chantier en plus ou moins grandes longueurs. Nous utilisons le plus souvent des panneaux ouverts, c'est-à-dire juste l’ossature, et le plus souvent d’une longueur inférieure à 6 mètres pour des facilités de transport et de mise en place.
Le mur est donc constitué d’un assemblage fait à l’atelier de montants et de traverses d’une largeur de 145 mm. Ces panneaux sont reliés les uns aux autres sur le chantier. Ils sont ensuite remplis d’isolant, soit naturel (ouate de cellulose, fibre de bois, laine de chanvre), soit minéral (laine de verre ou laine de roche). Ensuite, un panneau étanche aux intempéries et servant de contreventement est posé sur la face externe. Puis on pose un contre-litelage d'une epaisseur minimum de 20 mm, avant la pose du revêtement extérieur. A l’intérieur c'est un panneau OSB3 servant de frein vapeur et d’étanchéité à l’air qui est posé. Il reçoit ensuite un contre-litelage de 44 mm pour servir d’espace technique, passage de l'électricité et de la plomberie. La pose du revêtement intérieur (lambris, bardage, plaques de plâtre) se fait enfin sur le contre-litelage.

Le plancher du rez de chaussée

Le plancher sera constitué :

  • soit de poutrelles béton avec hourdis polystyrène avec coulage d’une dalle béton,
  • soit de solives en bois avec des panneaux OSB3 sur la face inférieure pour permettre de tenir l’isolant, et une dalle CTBH sur la face supérieure.
  • En cas de maison à étage, on posera un plancher bois constitué de solives espacées de 30 cm avec isolation entre ces solives.

Les fondations

On utilisera en fonction du terrain,

• soit une semelle filante en béton, c’est le type de fondations le plus couramment utilisé chez les constructions de maisons maçonnées, ensuite on monte le mur de soubassement en agglos pour créer une cave ou le vide sanitaire.

• soit des plots, cette technique étant utilisée plus spécialement dans la construction des maisons à ossature bois en raison de leur légèreté. Elle est pratiquée pour limiter les coûts de terrassement sur des terrains difficiles.

• soit sur une dalle flottante, mais cette solution est rarement utilisée.